AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (melissandre kaler) The Kaler Show

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ADMINISTRATRICE
"THE POWER IS IN MY HANDS"

› pseudo : Laura

› messages : 92

› multicomptes : Max Rosenfeld, Scar Asher-grey, Daniel Da Russo, Coben Varganov

› inscription le : 14/05/2016

› identité & surnom : Melissandre "Mel" Dany Kaler, The Kaler show

› âge : 27 ans

› occupation : Laura

› lieu de résidence : Origine Vegas - vit dans les Eden


MORE INFORMATIONS
→relation's box :

MessageSujet: (melissandre kaler) The Kaler Show   Jeu 18 Aoû - 17:58

Melissandre Kaler
ft avatar - @credit (alaska)
nom :
Kaler
prénom(s) :
Melissandre Dany Joe
surnom :
Mel
âge :
27 ans
date & lieu de naissance :
Las Vegas, 03 juillet 2016
origines & nationalité :
Américaine
lieu d'habitation :
Eden
situation financière :
Richissime
emploi, études :
Elle vends du bonheur et de la joie et est l'une des plus grandes fêtardes des Eden. Présentatrice connue d'un Talk Show dans les Eden. Lorsqu'elle n'est pas devant les écrans, elle passe son temps à surfer et tester toutes sortes de sports extrêmes, amoureuse de l'aventure et de l'inconnu.
orientation sexuelle :
Hétérosexuelle
situation civile :
Amoureuse foudroyée, mère d'une petite fille que Valentina Callaghan lui a prise.

on peut être poête dans tous les domaines, il suffit d'être d'aventureux et d'aller à la découverte
Melissandre est née à Las Vegas. Sa mère était gogo danseuse et son père créait des films indépendants . Elle a un frère . Leur père mourut et sa mère se remaria avec un riche homme d'affaire de la ville du vice . Lorsque la grande catastrophe survint, Melissandre fut la seule à ne pas obtenir de laisser passer pour Phoenicia . Sa famille la fit entrer illégalement dans les Eden et elle resta cloîtrée dans le palace qu'ils détenaient durant toute son adolescence . Melissandre est passionnée de surfe et de sport à sensations fortes . Le secret fut découvert et elle fut autorisée à rester dans les Eden mais son père disparut tout comme sa mère . Elle créa The Kaler Show qui fut connu et suivi dans tout Phoenicia . Elle tomba amoureuse de Hadès, son garde du corps qui venait du Tombstone . Elle tomba enceinte et, l'enfant illégitime lui fut pris à la naissance avant que son frère, chargé de la surveillance du pays au Capitol, ne puisse l'avertir . Dorénavant, son émission est contrôlée et chacun de ses discours, dicté à la lettre par le Capitol . Prisonnière d'une cage dorée, elle a annoncé la mort de leur fille à Hadès . Pourtant, leur petite fille est bien en vie dans les bras d'une nouvelle mère dans les Eden . Son frère quant à lui, s'est fait lavé le cerveau après un séjour en prison et ne se souvient plus de sa vie passée . Elle est toujours follement amoureuse de Hadès.

Caractère
Melissandre a toujours rêvé de sensations fortes et d'aventure. Son plus grand rêve serait de se rendre dans le Tombstone pour découvrir la faune qui s'y trouve. Elle a dû mal avec l'autorité et manque de maturité . elle se fourre toujours la tête la première dans les problèmes . elle n'a pas sa langue dans sa poche et déteste qu'on lui dise ce qu'elle doit faire . Insouciante, obstinée et butée.





les repliques notables de melissandre kaler.

« C'était ça Vegas. L'idée qu'on savait tous ce qu'il s'y passait sans jamais en voir la moindre parcelle. C'était sa magie et j'en suis sa représentante la plus fidèle. »
« Je consacrerais ma vie aux plus grandes futilités. J'organiserais les plus grandes soirées et serait toujours impressionnante. A l'effigie des indomptables et des plus grands visages de ce monde.  »
« Hadès, je suis promise à une vie de solitude et de secrets. Tenter de les percer reviendrait à enlever tout ce qui fait de moi la femme que tu aimes.  »»
« Valentina Callaghan ou celle qui arrache les enfants des autres par simple jalousie de ne pas trouver d'hommes pour lui en faire.  »
« Le No man's land est aride, brutal mais envoûtant. Je vis de l'inconnu, des aventures et du mystère.  »


qui se cache derrière l'écran ?

prénom :
Laura
pseudo :
Lawra
âge :
23 ans
scénario,pv, personnage inventé :
Inventé
multicomptes :
Scar, Max, Daniel, Coben
fréquence de connexion :
tous les jours
comment as-tu trouvé wof :
Admin
le mot de la fin :
the kaler show plop




code by pyramids @phoenicia for wheel of fate


Le passé nous fournit des regrets, le présent des chagrins, et l'avenir des craintes alors nous portons nos regards sur l'avenir, dans l'espoir de le trouver plus heureux pour nous.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMINISTRATRICE
"THE POWER IS IN MY HANDS"

› pseudo : Laura

› messages : 92

› multicomptes : Max Rosenfeld, Scar Asher-grey, Daniel Da Russo, Coben Varganov

› inscription le : 14/05/2016

› identité & surnom : Melissandre "Mel" Dany Kaler, The Kaler show

› âge : 27 ans

› occupation : Laura

› lieu de résidence : Origine Vegas - vit dans les Eden


MORE INFORMATIONS
→relation's box :

MessageSujet: Re: (melissandre kaler) The Kaler Show   Jeu 18 Aoû - 17:59

l'histoire de votre personnage - the kaler show


juste avant la fin du monde 2016/2030. - Las Vegas

Mélissandre, l’adorable tête blonde de Vegas, une poupée de porcelaine, le regard aveuglément beau, les lèvres rosées, la beauté à l’état pur. Melissandre avait la grâce des anges mais vivait dans l’antre du vice, la perdition de l’homme dans toute sa splendeur. Vegas et sa machine de destruction s’était emparée de sa mère. Celle-ci, danseuse sur les barres froides des clubs de la ville de luxure, avait finalement épousé un producteur de films indépendants avant que celui-ci, ne meurt prématurément. La petite fille ne s’en remit jamais mais elle devait se montrer forte pour son frère à qui elle devait montrer l’exemple. Elle avait hérité de la beauté de sa mère et celle-ci, détenant de nombreux prétendants, fut finalement charmée par un riche homme d’affaire de Vegas et ils se marièrent très vite, faisant déménager la petite famille dans le cœur d’un palace dans les hauteurs de la ville, au dessus de la chaleur étouffante du désert miroitant. L’horizon ondulait devant les grandes baies de verre qui encerclaient le penthouse, le luxe pullulait dans chaque coin de l’habitation. Sa mère avait touché le jackpot et son père était, malgré les réticences de la fille aînée, un homme bon qui semblait vouloir s’occuper d’eux tel le père qu’ils leur manqueraient toujours. Pourtant, les deux enfants savaient que cet homme, trempait également dans des affaires plus louches et qu’il détenait un pouvoir dont ils ignoraient tout.
Melissandre développa très vite un penchant accru pour toutes les sensations fortes et les activités de l’extrême, détestant l’école, elle préférait s’aventurer avec ses amis dans les plus grands rassemblements plutôt que de se plonger la tête dans les livres. Ce qui la fascinait, c’était le monde des spectacles, les show des plus grands magiciens, les danseuses des cabarets et la vie de strass et de paillettes, la tête dans les étoiles.
Lors de la grande catastrophe, son beau-père était déjà au courant des rumeurs qui s’étaient propagées dans le monde et réussit à obtenir trois laisser passer. Un pour lui, un pour sa femme et leur fils, héritier suprême de ses futures activités. Mais Mélissandre était une bouche supplémentaire à nourrir, il fallait choisir et elle n’eut aucun traitement de faveur malgré la réputation que détenait sa famille. Pour les deux parents, il fut hors de question de laisser la jeune fille seule dehors, à une mort certaine et la firent rentrer dans les Eden clandestinement grâce à quelques contacts de son père. Malheureusement, ce fut sûrement leur plus grave erreur …


phoenicia 2030 à aujourd'hui. - the kaler show

J’avais confiance en lui. Regardes où ça m’a mené … Melissandre soupirait, attendait sur sa haute chaise d’or que le soleil embrase l’horizon pour se coucher derrière les hautes sphères du pouvoir, les tours du Capitol derrière les eaux turquoises. La villa de la famille s’étendait sur l’une des plus belles plages, un bonheur pour elle, enfermée continuellement dans cette muraille grandiose qui la retenait prisonnière des autres de ce monde. Melissandre était une résidente illégitime et parcourait son royaume sans jamais s’en satisfaire. Elle admirait l’extérieur d’une vue glaciale et appréciait l’idée que son frère restait avec elle au lieu de profiter à foison de l’oppulence festive qu’offrait les Eden. Seul et unique réconfort, elle partait souvent au coucher du soleil pour surfer sur les hautes vagues désertées par les derniers surfeurs et s’éprenait de son bref instant de liberté pour goûter au souffle du vent, aux bruits des vagues, de la mer et du lointain. Melissandre aurait voulu s’enfuir mais avait peur qu’un jour, le Capitol ne s’en prenne à ses parents. Aventureuse, elle essayait souvent de s’enfuir et se plaisait à imaginer parcourir le monde pour ne plus à souffrir de sa condition de captive.
Plusieurs années plus tard, le secret fut découvert lorsqu’elle se rendit en secret à une soirée où les identités étaient de mises. Dévoilées aux yeux de tous comme l’enfant de l’Eden qui n’aurait jamais dû s’y trouver, un procès fut tenu au Capitol et son père, disparu ce jour même pour ne plus jamais refaire surface. Sa famille fut alors brisée et pour toute récompense, elle connut enfin la liberté de s’en rendre en tout liberté dans les couloirs de beauté de l’île miraculeuse. Rêvant de plus et de s’afficher aux yeux du monde entier, Melissandre entreprit de monter sa propre émission de télé. Appréciée par tout Phoenicia et bien même au-delà de la limite du Capitol, son visage fut vite connut et elle devint celle qui avait survécu à l’enfer et s’en était relevée aujourd’hui. Melissandre Kaler était devenue le visage de la miséricorde de Millard Hoover et de ses principes. Il l’avait épargné et lui avait offert la possibilité de rester. Elle était aussi l’espoir et maintenant l’ordre sans réellement le savoir. Un parfait produit du Capitol en somme et ses émission étaient régulièrement surveillés par ceux qui avait toujours rêvé d’un autre visage pour montrer la voix de la sagesse et de la discipline aux gens qui ne détenaient aucun des deux. Son frère quant à lui, fut employé dans les hautes tours de surveillance du Capitol, génie de l’informatique.
Melissandre ne perdit pourtant jamais sa fougue et son besoin d’aventure au travers de sa renommée et ne pouvait s’empêcher de découvrir son territoire de toutes les manières les plus extrêmes possibles. Parachute, escalade, surfe, elle était un esprit libre qui ne pouvait admettre de connaître de barrières puisqu’elle venait de goûter enfin au paradis.

Je t’aimerais toute ma vie… C’est ce qu’elle soufflait à l’oreille de son garde du corps alors qu’elle rejoignait Millard Hoover pour lui serrer la main. Une convention de plus qui se tenait dans les palais royaux, au côté d’un homme qui assurait sa protection mais qui n’était que le fruit d’un mirage défendu. Melissandre avait toujours eu l’espoir que sa vie serait différente de l’enfer qu’elle avait vécu mais au lieu de ça, elle avait enfin découvert l’amour dans les bras de l’illégalité même. Hadès était son poison le plus mortel, celui qui pourrait la détruire et pourtant, qu’elle désirait plus que tout. Jamais elle n’avait ressentit de sentiments aussi puissants et c’est pourquoi, elle s’était enfin laissée aller dans les bras de l’homme dont elle était éperdument amoureuse. Pour les convenances, ils tenaient leur relation secrète et s’épanchaient la majorité du temps lorsqu’ils se trouvaient tous les deux dans le No Mans Land, à l’abris des regards indiscrets. Elle révéla pourtant sa liaison interdite à son frère, soldat du Capitol qui tient toujours sa promesse de la protéger de sa folie inconsciente. Jusqu’au jour où Mélissandre tomba enceinte. Pour elle c’était un miracle, l’espoir même qu’elle rétablissait son histoire en mettant au monde tout l’amour dont elle disposait et priait pour rendre ce monde meilleur pour son enfant qui viendrait à naître. Pourtant, le Capitol fut au courant de sa relation et de sa grossesse. Valentina Callaghan, à la répression des naissances, désirait lui prendre son enfant illégitime et si, son frère tenta de l’en avertir, il fut trop tard. Melissandre accoucha dans la douleur, chez elle, alors que Hadès ne se trouvait pas encore à son chevet. L’enfant lui fit pris de force avant même qu’elle ne puisse le prendre dans ses bras. Une petite fille qui disparaissait dans les bras d’une femme qu’elle haïrait toute sa vie. Son frère lui aussi disparut. Enfermé dans une prison fédérale, Melissandre fut quant à elle, mis au secret et placée en examen devant la commission de jugement du Capitol pour répondre de ses actes. Le jugement ne fut rendu que dans le plus grand des secrets. Le scandale de sa désobéissance ne pouvait être ébruité de peur que ceux qui suivaient son émission découvrent que même les habitants des hautes sphères ne pouvaient s’empêcher d’enfreindre les lois de Millard Hoover. Pour la punir, ils l’obligèrent à tenir son show en continuait à dicter une vie exemplaire alors que toutes les ficelles lui avaient été totalement retiré. Libre mais prisonnière dorénavant d’obligations, elle suivait à la lettre les règles de peur qu’on ne s’en prenne à Hadès. Elle lui annonçait la mort de leur fille à la naissance et ils se séparèrent, entamant le long gouffre de solitude et de douleur dans lequel, la belle Kaler faisait sa descente, un peu plus chaque jour… Pourtant, ce qu’elle ne sait pas, c’est que sa fille est belle et bien en vie, dans les bras d’une autre mère du Capitol. Son frère lui, a été libéré, son cerveau a été nettoyé et il ne détient plus aucun souvenir de leur vie passé. Melissandre doit dorénavant vivre en passant chaque jour devant lui sans qu’il ne rappelle d’elle. Elle ne pourra jamais lui parler de crainte des menaces qui pèsent sur lui si un jour, elle reprend contact. Ce qui la fait tenir, c’est son amour extrême pour l’homme qui a été le père de son enfant mais la situation semble si dangereuse que Melissandre semble perdre le fil de sa vie sans savoir comment un jour, remonter à la surface…


exemple de rp (500 mots minimum).

Son regard se fendait à travers la progression des nuages blancs, épais, résolus dans leur continuité et progression. A travers le hublot, vitre de verre où son apparence se reflétait, elle baladait son regard sur les kilomètres qui tendaient à la séparer de plus en plus de sa ligne de départ, du renouveau qu’elle avait tant voulu construire pour elle, de cette nouvelle vie qui lui avait semblé si proche, salvatrice, sûre, presque protectrice. Rien de tout cela ne se passerait car Silver écumait dorénavant les cieux à la recherche de sa pendaison, la tête enfoncée déjà dans la gueule de l’animal sauvage, les cris coincés dans sa gorge, ses poumons pliés en vrac, son ambition cachée derrière la peur de l’inconnu et de ce jeu qu’elle avait débuté sans savoir comment le mener à bien.  Elle ne voulait pas se faire dévorer, crevée par sa stupidité qui jubilait au fond d’elle, qui la poussait à aller toujours plus loin quand ses pas auraient dû reculer et faire marche arrière. Au lieu de ça, elle restait lovée dans le cuir détestablement accueillant du jet privé d’Alexander Astoria et se promettait que jamais, elle ne le laisserait l’amadouer. Mais si elle voulait jouer, Silver se rendait bien compte qu’il était aussi nécessaire que dérisoire qu’elle prenne enfin toutes les cartes en main et ne se cache pas de planquer quelques as dans sa manche tout comme l’homme d’affaire l’avait fait de nombreuses fois pour arriver à ses fins. Qu’il était triste aujourd’hui qu’elle en soit réduite à dormir l’œil entre-ouvert dans la peur de l’ombre menaçante qui planait au-dessus de sa chevelure aux reflets cuivrés. Rien ne l’avait averti de ce que pouvait lui réserver cette nouvelle lubie qu’elle cultivait avec trop peu d’habileté. Son cœur se balançait en désaccord avec ses envies méprisables. Il était trop tard pour reculer, la main sur l’arme qui pouvait à tout moment, se retourner contre elle, Silver défiait les lois de l’apesanteur aussi bien qu’elle jouait au funambulisme au-dessus d’une rivière qui s’écoulerait qu’à des centaines de kilomètres en contre bas. Elle n’avait pas de parachute, elle n’avait aucune sécurité, tout ce qu’elle devait faire c’était avancer avec son instinct et tenter de ne pas regarder dans le vide qui surplombait son espace vital. Le vide c’était Alexander, la menace, son sourire qui écumait de joie lorsqu’il la voyait se confondre abondamment en niaiseries profondes. Il raffolait de ses airs perdus, de ses mimiques qui exposaient son mal-être et de cette torpeur dans laquelle la jeune femme se plongeait sans cesse lorsque l’homme plongeait son regard imbu de lui-même dans le sien. Une bataille ardente faisait rage en elle et, s’efforçant de garder les armes, il n’imaginait sûrement pas à quel point Silver se grandissait au fur et à mesure qu’il tentait de la plaquer, dos contre un mur pour estropier chacune des forces qui l’assenaient de tenir bon. Je ne pensais pas le contraire. Qu’elle disait sûr d’elle, son regard froid et bleu offrant un mensonge éhonté d’une incroyable véracité. Silver savait dans quel stratagème elle s’embarquait. Beaucoup avaient vu des entreprises réduites à néant par la langue trop pendue de journalistes investigateurs trop présents. Mais elle n’était pas ainsi. Elle ne voulait rien détruire mais seulement s’élever. Elle ne se rendait pas compte des limites et voulait les franchir sans même y penser. C’était un coup de poker qu’elle tentait et si en jeu de hasard elle n’avait jamais été bonne, sa persévérance avait toujours fait la différence. Silver se fichait bien de ce qu’elle pouvait découvrir. Si elle était axée sur ses préjugés et ne démordait pas de cette infatigable trait de caractère à juger dès le premier regard, elle savait qu’elle n’aurait de regret en pointant de sa caméra, la vie triste et dérisoire de pauvres gosses de riche, devenus trop riches et qui n’assumaient pas la facilité de leur vie et de leur règne qu’il négligeait sciemment aux profits d’aventures surfaites. Roman et Eileen en était le parfait exemple.  Ils avaient tout et ne se donnait rien. Oui c’est bien vrai. Mais c’est toi qui m’a demandé de venir, pas le contraire. Il la narguait de son pouvoir, des attributs qu’il détenait de plus qu’elle, de ce qu’une simple phrase, de simples mots sortis de sa bouche pouvaient provoquer pour elle. La renvoyer ? Qu’il fasse donc, peut-être bien que la seule chose qui la retenait de ne pas lui dire clairement ce qu’elle pensait était son reportage derrière le voile bien fissuré de son monde calomnieux. (…) Le luxe courrait au travers de la pièce. Seuls dans l’habitacle princier qui s’élevait au travers de matériaux pompeux, son cerveau obtempérait malgré lui, à admirer  ce fastueux aménagement qui faisait tourner sa tête et briller son regard. Silver avait tout connu. L’argent, le luxe, la pauvreté, l’idée même qu’elle n’avait rien besoin pour vivre heureuse. Pourtant, il s’avérait, qu’elle était contrée par son désir de pouvoir et de réussite. L’argent venait ensuite, elle le savait pertinemment. Suivant Alexander, elle se laissait l’occasion de se repentir de cette déferlante de jalousie qui courrait le long de ses veines pour braquer ses pas dans la direction que lui intimait l’homme. Il prenait un malin plaisir à la percer à jour. Le menton relevé, l’envie démesurée de lui montrer qu’il ne la connaissait décidemment pas, elle entrait dans la chambre qu’il lui offrait pour le temps de son séjour. Si elle aurait aimé garder sa fierté entière, il s’avérait que ses pas se précipitaient dans l’ourlet bien rangé du tapis de laine apposée au sol. Son corps se tendait contre celui d’Alexander. Si son souffle s’était éminemment arrêté l’espace d’un instant, il gardait tout autant ses mains contre sa taille, son regard résolu à trouver le sien. Silver n’agissait plus, ne voulait plus réfléchir. Alexander était le plus grand mystère de sa vie et s’il la connaissait un tant soit peu, il l’aurait vite relâché, la jetant de ses filets pour tenter de piéger un autre poisson.  Au lieu de ça, assujetti à son touché, elle tentait de puiser une moindre lueur de réprobation dans le regard de son tortionnaire pour éviter la catastrophe. Il n’en avait aucune. L’injuste oppressif lui offrait une bénédiction paradoxale à ses habitudes autoritaires, un imprévu qui la tétanisait dans l’horreur ultime d’aller trop loin dans les idées qui la faisait avancer dans ses émotions transcendantes.  Fais le. Qu’elle lui disait comme provocante quand seule la crainte narguait ses pensées et chacun de ses gestes.  Sa réaction ne se faisait pas attendre. Il empoignait ses lèvres et finissait de la convaincre qu’Alexander avait un esprit profondément détruit par l’immoralité et le désordre le plus extrême. Condamnée dans les bras d’un fou et sotte de tout, elle réclamait encore plus de chair. Si la peur avait accablé chacun de ses gestes depuis leur toute première rencontre, Silver se sentait l’envie de foncer sans aucune retenue. Il l’appelait, il voulait la guider, il n’y avait aucune hésitation dorénavant dans sa manière d’agir. La jeune femme, le regard presque sévère, la dépravation et la débauche comme simples maîtres, elle suivait la danse suave que ses vêtements effectuaient dans cette course tempétueuse qui les menait à s’écraser au sol. Silver fermait la porte de la seconde chambre derrière elle, ne savait pas où elle se trouvait. Il effleurait son nom de ses lèvres comme pour demander un consentement qui ne venait que lorsqu’elle finissait par ôter son haut et que sa chair, ruisselante d’envie et de dévotion, apparaissait à sa vue. Ils empoignaient mutuellement leur désir commun, la seule chose qui les unissait depuis le début de leur semblant de relation professionnelle. Elle s’écroulait sur les draps immaculés et se démontrait plus sauvage qu’elle ne l’avait jamais été, sûre d’elle, conquérante, déplacée, ses mains s’agrippant à son corps, à ses cheveux, ses lèvres s’éparpillant sur la peau brûlante de ce nouvel amant impromptu. Silver laissait aller ses appréhensions, ses craintes et laissait sortie son impulsivité, la haine et le désir qu’elle ressentait désespérément pour son employeur. (…) Ses cheveux éparpillés autour de son visage candide endormi, elle fronçait les sourcils et retournait son corps tiède au travers des draps de soie qui s’éparpillaient sur sa peau nue. Surprise de mutisme après que ses mains se soient baladées involontairement contre le matelas, elle se redressait en sursaut laissant entre-apercevoir sa nudité déplacée. Silver n’était pas chez elle mais chez Alexander. Pas dans son lit d’invité mais dans une autre chambre et à en voir les draps retournés et la fièvre qui la gagnait, le rêve qu’elle avait tenté d’oublier au réveil n’en était définitivement pas un. Des marques sillonnaient son corps, la bataille pour se libérer de l’étau de son employeur avait été aussi fructueuse que pour le conquérir entièrement. Désormais tremblante et mitigée sur le pas qu’elle venait de franchir, elle se redressait et, fuyante, elle regagnait sa chambre pour enfiler de rares affaires qu’elle avait encore à disposition en s’apercevant bien évidemment, qu’un portant emplis de vêtements avait investi la pièce d’hôte. Fermant les yeux, ses lèvres se plissaient et tout en secouant sa crinière dorée, elle s’extirpait de la pièce pour se rendre au salon. Personne, pas une silhouette, pas un chat. La jeune femme minaudait et finissait par s’approcher des papiers qui s’étalaient sur l’immense table du salon. Des dossiers financiers, des notes, des comptes rendus en tout genre. Son cerveau, évitant scrupuleusement de penser aux limites qu’elle avait franchies la veille, se contentait de fixer les relevés et chiffres qui s’affichaient face à son regard endormi pour en saisir le moindre sens. Elle ne réagissait qu’une seconde trop tard lorsqu’une toux façonnée avec soin, la tirait de ses mauvaises manies. Silver se retournait lentement pour apercevoir Alexander, sur son trente et un, le regard peu marqué par la nuit qu’il venait de passer auprès de la jeune femme. Elle, déstabilisée et tendue, elle attendait le verdict en le fixant droit dans les yeux.



code by pyramids @phoenicia for wheel of fate


Le passé nous fournit des regrets, le présent des chagrins, et l'avenir des craintes alors nous portons nos regards sur l'avenir, dans l'espoir de le trouver plus heureux pour nous.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

COMPTE FONDATEUR
"DEMOCRACY IS SO OVERRATED"

› pseudo : le staff.

› messages : 370

› inscription le : 13/05/2016

› identité & surnom : millard hoover; the president

› âge : cinquante-six ans.

› occupation : président du capitol.

› lieu de résidence : the capitol; the golden mansion (résidence officielle).


MORE INFORMATIONS
→relation's box :

MessageSujet: Re: (melissandre kaler) The Kaler Show   Dim 21 Aoû - 16:26

Fiche validée
Bienvenue parmi nous


the eden.


Félicitations petit chat, ta fiche de présentation est en règle et tu es maintenant validé(e) !! Tu peux dorénavant te balader sur le forum à ta guise, poster dans le flood et les jeux, mais aussi t'empresser de demander de jolis petits liens aux autres membres. Surtout, n'oublie pas d'aller recenser ton avatar ici mais également, ton logement et ton métier ici plop

On te souhaite une très belle aventure et on espère que tu te sentiras comme chez toi parmi nous. Encore une fois, bienvenue sur Wheel of Fate mimi



Democracy is so overrated.
-------------------------------------

Money is the Mc-mansion in Sarasota that starts falling apart after 10 years. Power is the old stone building that stands for centuries. I cannot respect someone who doesn’t see the difference. ✻ (president hoover) .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wheel-of-fate.forumactif.org


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (melissandre kaler) The Kaler Show   

Revenir en haut Aller en bas
 
(melissandre kaler) The Kaler Show
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wheel of fate :: Premiers pas :: - The Diamond as Big as the Ritz - :: Fiches validées-
Sauter vers: