AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Walker Stone (noah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ADMINISTRATRICE
"THE POWER IS IN MY HANDS"

› pseudo : Laura

› messages : 75

› multicomptes : Coben Varganov, Scar Asher-Grey, Melissandre Kaler, Daniel Da Russo

› inscription le : 14/05/2016

› identité & surnom : Maxyn Roxanne Rosenfeld

› âge : 23 ans

› occupation : voleuse/arnaqueuse, vente au marché noir, redonne une partie à l'orphelinat - formation d'ingénieur à l'université, tente de créer une machine pour pouvoir sortir de Phoenicia et s'aide d'un robot qu'elle a fabriqué

› lieu de résidence : Tombstone


MORE INFORMATIONS
→relation's box :

MessageSujet: The Walker Stone (noah)   Lun 10 Oct - 17:35

max&noah ⊹ Max s’abreuvait de l’eau d’une source qui ruisselait entre les sillons de la roche d’argile rouge. Dans le creux d’une cavité, dans l’épaisseur de cette matière nocturne plongée dans le vaste gouffre de Dante, elle redressait sa robe longue et s’agenouillait pour accueillir entre ses paumes souillées de terre, le filet cristallin qui lui permettrait de se désaltérer. La vallée de l’ombre était plongée dans une incontestable bataille entre l’ombre et la lumière, l’équilibre du bien et du mal, le jour et la nuit. Le soleil se couchait et la lueur de l’astre s’échappait du grand canyon et faisait courir rapidement dans sa profondeur, une nuit cosmique dans laquelle s’enfonçait le regard de Maxyn au fur et à mesure qu’elle se sentait rattraper par cette pénombre sauvage. Le coucher du soleil n’était pourtant pas la fin de la lumière dans les tréfonds des roches anciennes. Ci et là, au fur et à mesure que ses pas s’enchaînaient, de nombreuses lumières se mettaient à s’allumer, clignotantes, des flammes se propageaient et les parois se couvraient d’un rouge en mouvement. L’environnement du Maze, sonore et olfactif, l’emportait soudain entre les nombreuses tablées, tentes et autres matériaux tirés qui s’étendaient dans l’horizon. Le marché noir du Tombstone regorgeait de vie à n’importe quel moment de la journée et de la nuit et les lumières incandescentes des tentes se dressaient contre les parois pour offrir aux habitants de cet endroit confiné, vie et lumière. Dans l’odeur de ces nuits renouvelées sans cesse de la même manière, Max traînait aux abords des échoppes, entretenait quelques paroles aimables avec les commerçants clandestins qui la connaissaient tous comme l’indépendante et solitaire louve et elle finissait par passer son chemin après quelques marchandages dont elle était habituée. Max n’avait pas grand chose à échanger cette nuit là. Sa botte était vide, aucun objet du Capitol ni médicaments à offrir, elle était démunie de ses principaux atouts qui étaient les fortunes des hommes et femmes riches qu’elle parvenait à séduire sur son chemin de vadrouille. Rien cette nuit là pourtant puisqu’elle avait passé la totalité de sa journée à tenter de réparer le mécanisme de la structure qu’elle avait décidé de monter pour pouvoir s’enfuir du Tombstone et trouver peut-être une autre terre promise. Max ne croyait pas aux spéculations de l’homme de pouvoir et encore moins à la propagande du Capitol qui imposait l’idée que rien n’avait pu subsister au delà du mur après les radiations et la catastrophes nucléaires qui avait finalement tué ses parents. S’ils s’étaient faits assassinés en tentant d’entrer illégalement dans la structure sécurisée de cette ruche grandeur nature, Max était persuadée que ce qui les avait tué était la fin du monde. Inéluctable fin qui en promettait de nombreux autres par son arrivée violente, imminente, sauvage et inévitable. Dérisoirement, et dans sa plus grande solitude, elle avait été rassurée par Mino, son petit robot capable de travailler jour et nuit sur les rêves qu’elle s’infligeait, douloureuse tentative de s’enfuir d’un paradis obscur qui lui avait tout pris et rien offert en échange. Fructueuse journée qui avait semblé lui voler toute son énergie la plus hostile, elle avait décidé pour une fois de se mêler au commun des mortels et des autres malchanceux sous une lune rouge et d’entrer dans les disgrâces du Tombstone, dans le cœur abrupte de la montagne, là où le Capitol n’arrivait à entrer. Max finissait par atteindre le bar de Noah, nichée dans la cavité d’une roche. Elle poussait la lourde porte de bois, rafistolée de nombreuses fois après les entrées soudaines des hommes de la rébellion qui, après une longue journée, ne se souciait pas de délicatesse, et finissait par accueillir les rires et cris de nombreux soldats qui campaient encore dans leurs uniformes, chopes à la main, corps qui affichaient le rythme lent des sons reggae qui s’élevaient dans les airs. Dans la lumière poudreuse et abîmées, elle se contentait d’acquiescer de la tête à quelques signes démonstratifs de ces hommes qu’elle connaissait pour les avoir côtoyer depuis toute petite, les avoir aider lorsqu’il le fallait et surtout, leur être redevable après sa fuite des Eden un an plus tôt. Elle furetait avec les visages, en dévisageait d’autres mais Jordan ne se trouvait pas parmi la cohorte. Il y avait ses amis, ses alliés mais son meilleur ami était aux abonnés absents et elle se demandait si, depuis l’annonce de son mariage échoué avec un traite de l’Eden, il ne la fuyait pas. Songeuse, la jeune femme qui d’habitude, s’épargnait l’intimité d’une salle pleine à craquer, rejoignait le bar et commandait instantanément un scotch. Les escortes girls du Capitol ont décidé de se joindre à la fête ? Trop d’honneur… Qu’elle disait pendant qu’elle entrelaçait son regard dans les dessous affriolants des filles de joie qui se cramponnaient aux invités, regards envoûtants et gestes lascifs contre les poteaux de bois qui retenaient la structure du Walker Stone. Où est Noah ? La seule qui pouvait avoir de l’importance à ses yeux puisqu’elle était bien l’une des rares à lui parler et entretenir une réelle amitié avec la jeune femme. Autant dire que Max n’avait peu ou pas d’amis à son conteur puisqu’elle avait toujours précieusement gardé ses distances avec les gens qui l’entouraient. Si elle les approchait, il n’était souvent question que de services redevables ou de magouilles dont elle ne voulait rien savoir. Que Noah soit autant lié à la rébellion ne lui posait aucun problème. Comme Jordan, Max préférait se tenir éloigné de ce genre d’activités et son implication se retrouverait donc minimiser.


© Grey WIND.


maxyn roxanne ⊹ Don't need permission made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness start what I finished don't need no hold up. Taking control of this kind of moment I'm locked and loaded completely focused, my mind is open... (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

THE TOMBSTONE
"NO HOPE, NO LOVE, NO GLORY"

› pseudo : Madouce

› messages : 47

› inscription le : 23/09/2016

› identité & surnom : Noah Jude Walkerson- Walker

› âge : 23 ans (21/12/16)

› occupation : Dirige le bar/restaurant reggae "Walker Stone" dans les grottes du Grand Canyon et officieusement membre de la Rebellion en charge des nouvelles recrues dans son bar le soir après minuit.

› lieu de résidence : The tombstone


MORE INFORMATIONS
→relation's box :

MessageSujet: Re: The Walker Stone (noah)   Mar 6 Déc - 17:48

The Walker Stone
Noah & Max



Il m’arrivait souvent de m’aventurer dans le Tombstone, bien que je connaissais par coeur le moindre recoin, les grottes à éviter comme celles où il faut absolument aller. J’appréciais plus particulièrement grimper, ce goût de l’adrénaline celui où tu penses tomber mais que tu es tel un phoenix qui renaît de ses cendres, ça, c’était la vie, vivre sans savoir ce que le monde te réserve le lendemain était bien plus élogieux que de vivre dans une cage dorée à se bourrer de pilules en tout genres.  Le Tombstone. Un nom macabre pour nous pauvres parias si le gouvernement pensait quand nous mettant ici nous allions avoir peur… Grossière erreur. Je trouvais la vie ici bien plus humaine que ceux que je pouvais voir dans les films de propagande montrant l’Eden comme un paradis terrestre. Nous étions entrer dans un système totalitaire,  une dictature manigancée pour nous faire croire que nous “pauvres gens” nous n’étions que de la Vermine. Chaque régime, chaque époque avait eu son apogée et nous vivions dans l’apogée de la connerie, de la manipulation, du meurtre et des faux-semblants. J’aurai pu être une de ses filles de l’Eden en train de poster une vidéo de moi entrain de faire du Yoga tout en mangeant une pomme et récolter des likes. A quoi bon ? A quoi bon vivre dans le luxe et l’argent quand celui-ci est sale? La pénombre n’existait pas ici à toute heure vous pouviez trouver quelqu’un dans une tente, prêt à vous servir un grog et partager une cigarette roulée, avec qui vous pouviez refaire le monde. Si je faisais partie de la Rébellion c’était pour combattre ce gouvernement leur prouver que nous ne sommes pas des individus sans âme et sans conscience. Je n’enviais en rien la vie de petits gosses de riches, leur mettre une belle claque sur leurs visages botoxés était bien plus jouissif.  Aujourd’hui était une journée comme les autres, le matin je m’aventurais dans le Verdant  afin de coordonner les données récoltées avec celles des autres membres de la Rébellion. Je passais aussi donner une petite partie des bénéfices du Walker Stone afin de participer à l’achat de machines en tout genre, d’ordinateurs, de releveur d’empreintes digitales et participer comme je le pouvais à améliorer la vie des habitants résidant ici. Je ne me faisais plus contrôler j’étais connue dans le Tombstone et en tant que chargée de recrues on me faisait confiance bien que tout le monde rester sur ses gardes. Nous n’étions pas à l’abri dans un retournement de situation. Je vagabondais le matin et faisait souvent le même chemin, The Verdant, L’Orphelinat ou encore à l’Evergreen pour prendre des produits uniquement produit dans le Tombstone pour mon Bar. Avec ma mère nous avions l’habitude de converser sur les recrues autour de bières et d’olives et rejeter les candidatures qui nous semblait trop délicates. Avant le coucher du soleil j’allais également sur Pedricia Road me fournir en drogues douces,pour ma consommation personnelles mais aussi pour mes clients; les assurer de pouvoir consommer dans leur seconde maison,le Walker Stone, un endroit sécuritaire et complètement libre à tous. La drogue n’était pas une de mes passions favorite, elle me facilitait le sommeil quand l’esprit était trop occupé. Mes journées étaient aussi remplies que celle d’un ministre mais je préférais vivre ainsi que de me laisser mourir par toute la merde environnante. Disons que nous avions le choix entre sombrer dans l’alcool pour oublier qui nous étions ou dans diverses drogues pour se laisser mourir au gré des vents et de la chaleur. Rien de tout ça n’était une solution..A ma place vous auriez capitulé si vite ? J’avais eu la chance de vivre une jeunesse dorée avec des parents certes absents mais avec tout à portée de mains et si aujourd’hui je vivais comme un membre d’une tribu indésirable cela m’apportais bien plus que la dernière pilule miracle pour tenir toute une journée. La routine peut vous tuer si elle devient un fardeau, ou qu'elle vous mène à l’autodestruction. A contrario si elle était menée comme une aventure, comme un nouveau commencement et non comme un éternel recommencement. Qui parmi nous pourrait vivre en se disant que chaque journée n'apporte rien ? C’est totalement dérisoire d’en être réduit à se prélasser dans sa peine et dans sa douleur. La particularité du Walker Stone était que même s’il m’arrivait de vouloir suivre le chemin de la solitude je retrouvais vite l’aisance d’être entourée de monde. Que ça soit les plus démunis, que ça soit les plus aisés du Tombstone ou bien des jeunes en manque de sociabilité. Tout était prétexte pour venir à mon bar certaines de mes clientes étaient elles aussi les clientes des hommes les plus difficile d’atteinte. Dans la réserve la soirée était plutôt enjouée avant l’arrivée des nouvelles recrues, je cherchais des citrons pendants que Barry & Andrew les deux jumeaux travaillant pour moi et toujours impeccable. Le bar suintaient de lumières chaleureuses aux couleurs presque mordorées. Comme de la poudre aux yeux . Je déboulai en passant par les portes battantes de la réserve. Je lançais les citrons à mes coéquipiers, tout en me louvant entre chaque soldats en les saluant sans vraiment leur prêter attention. Mon regard s'arrêta sur Max Rosenfield, elle était peut-être la seule véritable amie que j’avais maintenant. Comme vous le savez dans ce monde se faire des amis et des alliés était à la fois très facile comme très compliqué. On pouvait se lier et aussitôt se délier c’était ça de vivre dans les abysses de l’enfer. Un sourire sur mes lèvres se dessina plus je m’approchais d’elle, assise à côté d’elle je ne pu m’empêcher de commander la même chose “ Apporte-nous la deuxième tournée Barry” m’écriais-je . Une fois que mon interlocutrice et meilleure amie daignait tourner son visage je déclarais de façon presque solennelle “ Aussitôt demandée , aussitôt là” . Ce n’était pas dans les habitudes de Max, de me rejoindre en pleine furie dans le bar nous avions l’habitude de nous voir après la fermeture ou en journée mais sa présence ne pouvait pas me déplaire au contraire elle était ce poil d’espoir et de liberté qui m'apportait de la sérénité. “Ravie, de te voir te mêler à tout ce désespoir “ glissais-je en avalant d’une gorgée le scotch qui nous avait été servie quelques secondes plus tard.. “ Dis moi, Max ce soir on pourrait peut-être changer nos habitudes et oublier un temps soit peu ce climat lourd..” Je m’arrêtais un instant en raclant ma gorge, tellement cette phrase était ahurissante de mes propres lèvres…”Disons, que ce soir nous sommes de simples jeunes femmes en quête …de je ne sais pas trop quelle quête mais pas celles de d’habitude” dissimulais-je dans un sourire. Max sauras-tu te libérer de notre enfer pour faire de cette soirée une nuit inoubliable, une nuit où tout est possible...












La folie douce

“Les grands esprits sont sûrement de proches
alliés de la folie, et de minces cloisons les
en séparent.” Noah Walkerson
© by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Walker Stone (noah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Yannick Noah
» Stone +16
» Allen Walker [Attente de validation][Terminé]
» Techniques d'Allen Walker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
wheel of fate :: the tombstone :: - The Grand Canyon - :: The maze-
Sauter vers: